Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 06
Semaine 06
06
Pour ou contre la réouverture de la Constitution ?
Diffusion : 5 novembre 2014
Animateur : Anne-Marie Kirouac
Écouter l'émission en MP3
POUR : Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois Pour ou contre la réouverture de la Constitution ? CONTRE : Karima Laïb et Elias Ouannou

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Philippe Gendreau, directeur et éditeur de la revue Liberté
  • Me Martin Thibault, LexisNexis Canada
  • Alexandre Turcotte, blogueur à Le Draveur, Coordonnateur de la revue Longueur d'Ondes au Québec, Critique musical à BRBR et Coordonnateur des communications et de l’administration à La danse sur les routes du Québec

Invité expert :
  • Rachel Chagnon, Professeure au département des sciences juridiques de l'UQAM et directrice de l'Institut de recherches et d'études féministes

L'équipe gagnante!

Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois (Pour)  Karima Laïb et Elias Ouannou (Contre)
Juges 57/75 56/75
Public 22,22/25 2,78/25
TOTAL 79,22 % 58,78 %

C'est Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois (Pour) qui remportent ce sixième débat, avec un résultat de 79,22%, contre 58,78% pour Karima Laïb et Elias Ouannou (Contre)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Début octobre, lors d’un discours à Ottawa, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, a évoqué la possibilité de rouvrir la Constitution. Mais pour le premier ministre, qui n’a jamais caché son désir que le Québec réintègre le giron constitutionnel, cette question n’est pas une priorité.

Pourtant, quand il est arrivé à la tête du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard avait affirmé que le Québec pourrait signer la Constitution canadienne sans que la population ne soit consultée par vote populaire. Il disait souhaiter qu’une telle signature ait lieu pour le 150e anniversaire de la fédération, en 2017.

Le Parti Québécois a fortement réagi en indiquant qu’une telle façon de faire serait antidémocratique, alors que pour la CAQ, ce débat n’est pas une priorité.

Au fédéral, Stephen Harper n’a aucunement l’intention de rouvrir la Constitution. De même que le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, pour qui les questions constitutionnelles ne sont pas la priorité.

La Constitution a été rapatriée du Royaume-Uni au Canada en 1982, mais le Québec ne l’a pas signée. Pourtant, elle s’applique quand même à lui.

A cette occasion, les Autochtones se sont vus reconnaître des droits ancestraux. Depuis, le droit et la jurisprudence ont donné des munitions aux défendeurs des revendications autochtones. Or l’accès à la reconnaissance de ces droits demeure aujourd’hui encore très difficile.

À deux reprises, avec les accords du lac Meech et de Charlottetown, le gouvernement fédéral de Brian Mulroney a tenté de trouver un terrain d’entente et de faire en sorte que le Québec intègre la Constitution. Sans succès.

Les partisans du POUR avancent que refuser de rouvrir la Constitution contribue à creuser un fossé entre le Québec et le Canada. De plus, la légitimité même de la Constitution s’en trouve entachée. Selon eux, la Constitution est le texte fondateur d’un pays, donc doit être ratifié par tous ses membres.

Au contraire, pour les partisans du CONTRE, il existe d’autres solutions que la réforme constitutionnelle. Certaines demandes peuvent être satisfaites sans avoir à rouvrir la Constitution. De plus, ils soutiennent que les Canadiens se satisfont du statu quo et redoutent un nouvel échec.

Le statut du Québec, les droits autochtones, le Sénat… Autant de questions qui devront être abordées si on décide de rouvrir la Constitution.

Questions du débat

  • La réouverture de la Constitution canadienne est-elle une solution pour en assurer la signature par le Québec? Une réforme constitutionnelle est-elle nécessaire?
  • Certains prônent la pratique d’un «fédéralisme d’ouverture» et stipulent qu’il existe dans la Constitution actuelle suffisamment d’ouverture pour répondre à certaines revendications. Le statut quo et la pratique d’un tel fédéralisme asymétrique est-il toujours approprié?
  • Le Québec devrait-il avoir un statut distinct dans la Constitution ?
  • Une réouverture de la Constitution permettrait-elle de favoriser l’accès à la reconnaissance des droits autochtones?

Pistes de réflexion complémentaires

  • Une réouverture de la Constitution permettrait-elle aux Autochtones de se définir autant que les Québécois ?
  • Quel processus pour que le Québec signe la Constitution ? Un référendum ?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-