Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 12
Semaine 12
12
Pour ou contre la maternelle à 4 ans ?
Diffusion : 17 décembre 2014
Animateur : Jean-Philippe Cipriani
Écouter l'émission en MP3
POUR: Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon Pour ou contre la maternelle à 4 ans ? CONTRE : Léa Chebli et Amélia Couture

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Jonathan Bouchard, président de la FEUQ
  • Me Vincent Denault, avocat

Invité expert :
  • Yolande Brunelle, Chargée de cours et superviseure de stage au préscolaire de l'UQAM

L'équipe gagnante!

Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon (Pour)  Léa Chebli et Amélia Couture (Contre)
Juges 48/75 53/75
Public 2,78/25 22,22/25
TOTAL 50,78 % 75,22 %

C'est Léa Chebli et Amélia Couture (Contre) qui remportent ce douzième débat, avec un résultat de 75,22%, contre 50,78% pour Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon (Pour)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

À la rentrée scolaire 2013, une soixantaine de classes de maternelle 4 ans ont ouvert leurs portes à travers la province. Le but de cette mesure du gouvernement Marois était de permettre aux enfants les plus défavorisés, qui ne fréquentent pas de garderies, de mieux se préparer à la scolarité.

Selon le projet de loi 23 adopté en juin 2013, chaque commission scolaire devait identifier une école située en milieu défavorisée pour abriter une classe de maternelle 4 ans à temps plein.

La maternelle constitue le socle de tout parcours scolaire et l’on sait que le décrochage scolaire est lié à la motivation d’apprendre. Déjà, en 1997, la maternelle 5 ans avait été mise en place uniformément au Québec.

Pour les partisans de la maternelle à 4 ans, cette politique vise à réduire l’écart entre enfants favorisés et défavorisés et à prévenir le décrochage scolaire. Les enseignants de ces classes argumentent qu’elles fonctionnent comme des centres de la petite enfance (CPE), en plus de permettre une vision d’ensemble des apprentissages à venir. Parfois, dans les quartiers défavorisés, les parents - notamment parmi les immigrants - ne voient pas l’utilité d’envoyer leurs enfants en CPE. Certains estiment que les garderies les privent de leur rôle de parents. La maternelle 4 ans étant incluse dans le parcours académique, elle peut être associée à l’espoir de la réussite.

Cependant, d’autres avancent que les CPE ont déjà pour mission de préparer les enfants à l’entrée en classe et qu’il aurait mieux valu investir dans les services de garde éducatifs, plutôt que dans l’école, qui ne répond pas aux besoins des enfants de 4 ans. En effet, accueillir les enfants à l’école à cet âge nécessite l’adaptation de la formation initiale des enseignants pour accorder plus de place à l’éducation préscolaire.

Certains craignent que l’on scolarise les jeunes enfants trop précocement, sans prendre en compte leurs besoins de développement.

Questions du débat

  1. Le réseau des centres de la petite enfance a été fondé en 1997 précisément pour offrir aux enfants un milieu de vie éducatif jusqu’à leur entrée à l’école. Doit-on favoriser l’investissement dans cette structure pour accompagner les enfants vulnérables ou encourager le développement de la maternelle à 4 ans?
  2. Les infrastructures sont-elles prêtes et adaptées pour recevoir ces enfants? Le personnel de l’école a-t-il la formation et le soutien nécessaires pour bien assumer cette responsabilité?
  3. La maternelle dès 4 ans est-elle la bonne solution pour contrer le décrochage scolaire?
  4. L’accès à la maternelle 4 ans est limité, notamment aux enfants issus de secteurs défavorisés. Devrait-on généraliser le service? Le restreindre? L’abolir?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-