Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 18
Semaine 18
18
Pour ou contre la réforme de l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé ?
Diffusion : 18 février 2015
Animateur : Guillaume Touzel-Bond
Écouter l'émission en MP3
POUR : Les Polydébatteurs Pour ou contre la réforme de l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé ? CONTRE : Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • André-Pierre Contandriopoulos, professeur titulaire en administration de la santé à la Faculté de médecine de l'Université de Montréal
  • Didier Leroux, animateur et chroniqueur à CISM
  • Me Louise Ouellet, avocate

Invité expert :
  • Suzanne Valéry, professeur de théâtre, comédienne et animatrice

L'équipe gagnante!

Philippe St-Jean et Adam Samson (Pour)  Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois (Contre)
Juges 55/75 61/75
Public 15,77/25 9,23/25
TOTAL 70,77 % 70,23 %

C'est Philippe St-Jean et Adam Samson (Pour) qui remportent ce dix-huitième débat, avec un résultat de 70,77%, contre 70,23% pour Stéphanie Jobin-Martin et Martin Langlois (Contre)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Le débat fait rage et n'est pas prêt de s'essouffler. Les projets de loi 10 et 20 du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, sont un véritable remède de cheval pour le système de santé québécois, malade depuis des décennies. Actuellement, un million de Québécois n'ont pas accès à un médecin de famille.
Pourtant, le budget de la santé est le plus gros du gouvernement provincial : 31,1 milliards de dollars en 2013. Selon une étude du CIRANO, il est appelé à doubler d'ici 2031 en raison du vieillissement de la population. Sur 61,1 milliards de dollars, le tiers serait lié aux coûts structurels seulement. Les médecins représentent 7 % des employés du réseau de la santé, mais coûtent à eux seuls 30 % de la masse salariale. Depuis une quinzaine d'années, le nombre d'heures travaillées par les médecins diminue sans cesse, selon Gaétan Barrette.

Une réforme est donc nécessaire. Les acteurs du réseau sont d'accord avec le diagnostic du ministre, mais pas avec le traitement. Le projet de loi 10, qui vise à réformer les structures du réseau de la santé, a été adopté sous le bâillon le 6 février dernier, après un marathon parlementaire de 15 heures. Il abolit entre autres les agences régionales de la santé pour créer 16 centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), des mégastructures régionales, et 5 à Montréal.

Le projet de loi 20, lui, veut améliorer l'accès des patients aux médecins en réformant leur pratique. Des pénalités financières leur seront imposées s'ils ne respectent pas un quota de patients à suivre et un nombre minimal d'heures de travail en institution.

Selon le ministre de la Santé Gaétan Barrette, le projet de loi 10 devrait permettre d’économiser 220 millions de dollars par année à l'État québécois. Il estime aussi que le projet de loi 20 permettrait de prendre en charge les personnes vulnérables. Celles atteintes de troubles mentaux, en soins palliatifs et en soins de fin de vie compteront pour une vingtaine de patients réguliers, pour favoriser leur prise en charge.

De l'autre côté, les fédérations de médecins et les syndicats s'opposent aux deux projets de loi. Ils critiquent la trop grande concentration des pouvoirs dans les mains du ministre. Le projet de loi 20, lui, déshumaniserait la pratique de la médecine. Les médecins seraient tentés de favoriser les patients «légers» pour atteindre leurs quotas et ne pas être pénalisés. Les fédérations et syndicats décrient aussi l'attitude de « bulldozer » de Gaétan Barrette, qui insulte les médecins et dénigre leur pratique.

Questions

  1. Le projet de loi 20 est-il un remède nécessaire ou trop sévère pour forcer les médecins à prendre en charge davantage de patients?
  2. Comment éviter la multiplication des coûts structurels du réseau de la santé? La réforme adoptée par l’Assemblée nationale répond-t-elle à cet objectif?
  3. Le cumul des réformes du réseau de la santé nuit-il plus qu'il n'aide?
  4. Devant le défi démographique du vieillissement de la population, comment améliorer l'accès des patients aux soins de santé?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-