Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 20
Semaine 20
20
Pour ou contre l'imposition de limites à la liberté d'expression ?
Diffusion : 04 mars 2015
Animateur : Cathy Wong
Écouter l'émission en MP3
POUR : Christine Pham et Martine Musau Pour ou contre l'imposition de limites à la liberté d'expression ? CONTRE : Les 416

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Stéphane Dauphin-Pierre, doctorant en technologies et services de l’information à l'École Polytechnique de Montréal et juge à la SUCDI
  • Me Geneviève-Andrée Loriot, avocate
  • Suzanne Valéry, professeur de théâtre, comédienne et animatrice

Invité expert :
  • Lucie Lemonde, professeure au département des sciences juridiques de l’UQAM

L'équipe gagnante!

Christine Pham et Martine Musau (Pour)  Benjamin Dionne et Étienne F. Lacombe (Contre)
Juges 52,5/75 61,5/75
Public 15,1/25 9,9/25
TOTAL 67,6 % 71,4 %

C'est Benjamin Dionne et Étienne F. Lacombe (Contre) qui remportent ce vingtième débat, avec un résultat de 71,4%, contre 67,6% pour Christine Pham et Martine Musau (Pour)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Dès le début de l’année, la question de la liberté d'expression s'est imposée avec l'attentat commis contre le journal satirique français Charlie Hebdo. Douze morts, une chasse à l’homme médiatisée partout à travers la planète, un mouvement planétaire pour protéger le droit d’écrire et de dénoncer. Depuis, la liberté d’expression, son exercice, et surtout ses limites, sont à l’ordre du jour de plusieurs gouvernements et groupes de pression. Peut-on vraiment tout dire? Où doit-on s’arrêter?

Que ce soit l'humoriste Dieudonné, trouvé coupable en France d'apologie du terrorisme, la poursuite pour outrage au tribunal contre Gabriel Nadeau-Dubois ou encore la sentence du blogueur saoudien Raïf Badawi condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour avoir exprimé son opinion, la liberté d'expression fait la manchette.

Pour certains, c’est un droit qui doit s’exercer dans les limites du respect d’autrui. Par exemple, la CBC et d'autres médias anglophones ont choisi de ne pas publier les caricatures de Charlie Hebdo qui pourraient offenser certains croyants musulmans.

Dans le même ordre d'idée, la Coalition Avenir Québec proposait récemment de modifier la Charte québécoise pour interdire de prêcher ou d'enseigner des idées qui encouragent le déni des valeurs québécoises. Selon certains, la religion ne devraient pas bénéficier d'un traitement spécial.

D’un autre côté, dans l'affaire Irwin Toy Ltd. c. Québec, la Cour suprême du Canada nous enseigne que la liberté d'expression est trop importante pour être écartée ou restreinte à la légère. Qu’elle soit politique, religieuse, artistique ou commerciale, elle ne devrait être écartée que dans des cas où il existe des motifs urgents et impératifs de le faire. Et encore, cette limitation doit être restreinte au temps nécessaire à la protection de la collectivité.

Au Canada, la liberté d’expression, incluant la liberté de la presse et des autres médias, est garantie par la Constitution. Récemment, la Cour d'appel, dans le jugement controversé d'acquittement de Gabriel Nadeau-Dubois, a rappelé que la liberté de critiquer et les principes de justice subsistent même en période de crise.

Cependant, il existe bel et bien des limites à la liberté d'expression. On ne peut tenir des propos qui incitent à la violence ou à la haine, ou qui insultent ou diffament quelqu'un. Définir ces cas est toutefois une tâche colossale, même pour les tribunaux.

Questions

  1. Comment concilier la liberté d'expression lorsqu'elle entre en conflit avec d'autres droits fondamentaux?
  2. Devrait-on modifier la Charte des droits et libertés pour interdire d'enseigner ou de prêcher des idées qui encouragent le déni des valeurs québécoises, comme le propose la Coalition Avenir Québec? Devrait-on traiter la religion différemment?
  3. Où sont les limites à la liberté d'expression dans l'humour?
  4. Est-il justifié que les médias s’autocensurent lorsque vient le temps de publier ou diffuser des messages jugés offensants par une partie de la population?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-