Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 21
Semaine 21
21
Pour ou contre l'accord économique global entre l'Union européenne et le Canada ?
Diffusion : 11 mars 2015
Animateur : Anne-Marie Kirouac
Écouter l'émission en MP3
POUR : Howard Cohen et Annike Flomen Pour ou contre l'accord économique global entre l'Union européenne et le Canada ? CONTRE : Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Cyrille Giraud, Spécialiste en Conformité Éthique Déontologie
  • Isabelle Jalliffier-Verne, Titulaire d'un doctorat en Environnement et juge à la SUCDI (Société universitaire canadienne de débat inter-collégial)
  • Me Lucie Lamarche, Ad. E., Professeure, Faculté de science politique et de droit, Département des sciences juridiques. UQAM

Invité expert :
  • Yves-Thomas Dorval, Président-directeur général du Conseil du patronat du Québec

L'équipe gagnante!

Howard Cohen et Annike Flomen (Pour)  Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon (Contre)
Juges 60/75 55/75
Public 20,44/25 4,56/25
TOTAL 80,44 % 59,56 %

C'est Howard Cohen et Annike Flomen (Pour) qui remportent ce vingt-et-unième débat, avec un résultat de 80,44%, contre 59,56% pour Marc-Antoine Plante et Valérie Du Sablon (Contre)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Le 26 septembre dernier, le Canada a signé le texte de L’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne. Négocié derrière des portes closes depuis 5 ans, cet accord vise à libéraliser l'économie avec l'Union européenne, le deuxième partenaire économique du Canada, après les États-Unis.

Ce serait l'accord le plus ambitieux depuis l'entrée en vigueur de l'ALÉNA en 1994. Non seulement les tarifs douaniers sur les produits non agricoles seraient-ils pratiquement tous éliminés, mais l'on faciliterait aussi la mobilité des travailleurs et la reconnaissance des diplômes. Sans compter l’élimination de beaucoup de procédures administratives qui font obstacle au commerce. Pour la première fois de son histoire, le Québec a activement participé aux négociations commerciales et a milité pour une clause d'exception culturelle. L'accord doit encore être ratifié par toutes les parties et devrait entrer en vigueur en 2016.

Le Canada et l'Union européenne ont mené une étude conjointe en 2008 qui soutient que cet accord de libre-échange augmenterait de plus de 20% les échanges commerciaux entre les deux parties. Il générerait des retombées de 12 milliards de dollars pour le Canada, soit l'équivalent de 80 000 emplois. De ce nombre, le Québec récolterait 2,2 milliards dollars et 16 000 emplois.

D'un côté, le gouvernement canadien fait la promotion de cet accord et estime qu’il ouvrira aux exportateurs le marché de l'Union européenne, le plus riche au monde avec ses 500 millions de consommateurs. Les retombées économiques seraient très importantes pour le pays et les consommateurs en bénéficieraient.

Cependant, nombreux sont ceux qui s'inquiètent de certaines clauses prévues dans l'accord. L'Allemagne en particulier s'inquiète du droit des investisseurs à poursuivre les gouvernements s'ils adoptent une loi qui nuirait à leurs activités commerciales. Cette clause lierait les mains des gouvernements en matière de protection de l'environnement et de développement social, alors que ces lois seraient votées pourtant démocratiquement. L'économie européenne encore fragile fait aussi craindre une interdépendance malsaine.

Questions

  1. L’Accord prend-il en compte les préoccupations relatives à la protection de l’environnement?
  2. Des clauses de l’accord permettraient à des sociétés de poursuivre un gouvernement qui adopterait une loi qu'elle juge nuisible à la poursuite de ses activités. L'autonomie des États en serait-elle atteinte? Ces clauses sont-elles nécessaires pour protéger les entreprises canadiennes à l’étranger?
  3. La diversité culturelle du Québec et du Canada est-elle suffisamment protégée par l’accord?
  4. Le développement local risque-t-il d’être compromis par l'accord de libre-échange (pensons à l’industrie fromagère, par exemple)?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-