Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 24
Semaine 24
24
Pour ou contre la légitimité du vote de grève des associations étudiantes ?
Diffusion : 01 avril 2015
Animateur : Alexandre Coupal
Écouter l'émission en MP3
POUR : Thomas Lacouchie-Payen et Francis Khoury Pour ou contre la légitimité du vote de grève des associations étudiantes ? CONTRE : Arthur de Lembeye et Elias Ouannou

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Raphael Lafleur, artiste multidisciplinaire
  • Me Louise Ouellet, avocate
  • Jonathan Pedneault, journaliste

Invité expert :
  • Me Guillaume Rousseau, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Sherbrooke

L'équipe gagnante!

Thomas Lacouchie Payen et Francis Khoury (Pour)  Arthur de Lembeye et Elias Ouannou (Contre)
Juges 60/75 57/75
Public 2,76/25 22,24/25
TOTAL 62,76  % 79,24 %

C'est Arthur de Lembeye et Elias Ouannou (Contre) qui remportent ce vingt-quatrième débat, avec un résultat de 79,24%, contre 62,76% pour Thomas Lacouchie-Payen et Francis Khoury (Pour)!

Toutes nos félicitations aux deux équipes. La lutte a été chaude!  Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Plus de 45 000 étudiants sont tombés en grève lundi le 23 mars 2015, dont un certain nombre pour une période de deux semaines. Leur objectif est de protester contre les mesures d'austérité du gouvernement provincial et l'exploitation des hydrocarbures. Près de 150 000 étudiants seront consultés sur le recours à la grève générale dans leurs associations étudiantes à travers le Québec.

Cependant, depuis le Printemps érable, la légitimité du vote de grève est remise en question. En 2012, plusieurs étudiants s'étaient tournés vers les tribunaux pour forcer les cégeps et universités à donner les cours. Les injonctions ordonnées ont provoqué des affrontements physiques entre carrés verts et rouges, avec professeurs, parents et Sûreté du Québec entre les deux.

La Loi sur l’accréditation et le financement des associations d’élèves ou d’étudiants confère aux associations accréditées le monopole de la représentation des étudiants d’un établissement. Cependant, elle reste muette quant à l’exercice du droit de grève.

Il y a deux semaines, deux carrés verts de Québec, financés par la Fondation 1625, ont été déboutés en Cour supérieure. Ils voulaient mettre fin à l'adhésion automatique aux associations étudiantes, car selon eux, elles brimaient leur liberté d'expression et leur droit d'assister à leurs cours en cas de grève. La juge a rejeté leur demande, puisque les plaignants sont libres de se retirer à tout moment de leur association. La décision pourrait être portée en appel.

Mais un vide juridique subsiste sur le droit de grève, puisqu’il n’est reconnu par aucune disposition législative ou contractuelle entre les institutions d’enseignement et les étudiants.

D'un côté, les détracteurs des associations étudiantes affirment qu'elles ne sont pas légitimes ni représentatives pour voter une grève. Ils citent l'abus des procédures et la difficulté de gérer une démocratie directe avec des milliers de membres pour dénoncer les votes de grèves réalisés dans leur association. Selon eux, un petit groupe de militants peut réussir à imposer son opinion à la majorité.

Ceux en faveur des associations étudiantes font valoir le principe de respect des décisions prises par la majorité. Historiquement, les membres des associations étudiantes reconnaissent les votes de grèves, des votes qui sont respectés par les établissements d’enseignement. La reconnaissance des libertés individuelles par les injonctions rend caduc tout regroupement collectif et ouvre la voie à la judiciarisation des enjeux étudiants.

Questions

  1. Les grèves étudiantes sont-elles des outils appropriés pour revendiquer des changements politiques et sociaux?
  2. Devrait-on encadrer légalement le droit de grève des associations étudiantes?
  3. Le processus pour déclencher une grève (vote, assemblée, etc.) doit-il être uniformisé? Renforcé? Libre à chaque association?
  4. Les demandes judiciaires pour réclamer le droit d’assister aux cours sont-elles justifiées?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-