Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 14
Semaine 14
14
Pour ou contre la réforme de l'assurance-emploi
Diffusion : 1er février 2013
Animateur : Mathieu Bock-Coté
Écouter l'émission en MP3
Hollywood Saguenay, UdeM Pour ou contre la réforme de l'assurance-emploi Christin / Prud'homme, UdeM

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Me Guy-François Lamy, directeur – affaires juridiques, Conseil du patronat du Québec
  • Me Pierre Gagnon, vice-président, Affaires juridiques, Aéroports de Montréal

Invité expert :
  • Me Hans Marotte, responsable des services juridiques chez Mouvement Action Chômage de Montréal

L'équipe gagnante!

Hollywood Saguenay
Christin / Prud'homme
Juges 38,5/50 33,5/50
Public 40,6/50 9,4/50
TOTAL 79,1 % 42,9 %

C'est l'équipe de Hollywood Saguenay qui remporte ce débat, avec un résultat de 79,1 %, contre 42,9 % pour Christin / Prud'homme!

Toutes nos félicitations aux deux équipes! Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Le 24 mai 2012, le gouvernement de Stephen Harper a annoncé une réforme de l’assurance-emploi. Les prestataires seront dorénavant répartis en trois catégories : les travailleurs de longue date, qui n'ont pas reçu plus de 35 semaines de prestation dans les cinq années précédant une réclamation; les prestataires fréquents, qui ont touché au moins 60 semaines au cours des cinq dernières années; et les prestataires occasionnels, qui regroupent tous les autres. Cette dernière catégorie représente près de 60 % de tous les prestataires. Selon les nouvelles règles, le « prestataire fréquent » devra accepter « tout travail » pour lequel il est qualifié, à 70 % de la rémunération précédente, après six semaines de prestations, ce qui inclut les deux semaines du délai de carence initial.

Après la même période, soit un mois et demi, les prestataires occasionnels devront quant à eux accepter un emploi « similaire » à 80 % de la rémunération précédente. Ils devront accepter «tout emploi» à 70 % de leur rémunération antérieure à partir de 18 semaines.

Les travailleurs de longue date pourront attendre jusqu'à la 18e semaine (quatre mois et demi) pour devoir eux aussi accepter un emploi «similaire» à 80 % du salaire précédent. Ils pourront auparavant chercher le «même emploi», à 90 % de la rémunération précédente.

La notion de travail «similaire» sera définie par des spécialistes au Ministère, ont expliqué de hauts fonctionnaires lors d'une séance d'information jeudi matin.

Quatre autres critères seront ajoutés à la Loi sur l'assurance emploi pour déterminer ce qu'est un emploi convenable: les circonstances personnelles (état de santé, situation familiale); les conditions de travail (conflit de travail); les heures de travail et le temps de déplacement (on parle d'un «lieu de travail à moins d'une heure de déplacement»).

Ces mesures affecteront grandement les habitudes de certains employeurs requérant les services de travailleurs saisonniers. Aussi, certains semblent remettre en question les critères de proximité et d’admissibilité à un emploi potentiel définis par le ministère. D’autres affirment qu’il serait plus pertinent de laisser le Québec et les régions particulièrement touchées par le chômage saisonnier définir leur propres mesures en matière de recherche d’emploi, une loi nationale n’étant pas appropriée pour l’ensemble des différentes régions du Canada qui ont chacune leurs propres conditions socio-économiques.

La réforme de l’assurance-emploi récemment entrée en vigueur ne fait pas l’unanimité et redéfinit autant la recherche d’emploi que les conditions selon lesquelles un Canadien devrait accepter un emploi. Pour ou contre la réforme de l’assurance-emploi?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-