Droit de Cité Tribune radio de débats oratoires
pour universitaires engagés!
Accueil  »  Thèmes  »  Semaine 15
Semaine 15
15
Pour ou contre la privatisation de la SAQ?
Diffusion : 8 février 2013
Animateur : Jocelyne Cazin
Écouter l'émission en MP3
Yvan Tremblay-Morneau, UdeM Pour ou contre la privatisation de la SAQ? Annie-Claude et Lana, UdeM

 
Membres du jury pour cette semaine :
  • Me Guy-François Lamy, directeur – affaires juridiques, Conseil du patronat du Québec
  • Me Vincent Denault
  • Éliane Laberge, présidente de la Fédération des Étudiants Collégiaux du Québec

L'équipe gagnante!

Yvan
Annie-Claude
et Lana
Juges 40,8/50 38,0/50
Public 12,2/50 37,9/50
TOTAL 53,0 % 75,9 %

C'est l'équipe de Annie-Claude et Lana qui remporte ce débat, avec un résultat de 75,9 %, contre 53 % pour Yvan!

Toutes nos félicitations aux deux équipes! Merci à toutes les personnes qui ont pris le temps de voter!

Fil RSS
de l'émission

Attention : cette page ne fonctionne pas avec Chrome.

Mise en contexte

Le Québec a toujours fait bande à part dans ses lois concernant la vente, la consommation, la production et le transport d’alcool.

En 1898, dans le cadre du référendum sur la prohibition de l’alcool au Canada, les citoyens canadiens se sont fait demander s’ils étaient « favorable[s] à la passation d'une loi défendant l'importation, la fabrication ou la vente de spiritueux, vins, bière, ale, cidre et de toutes autres liqueurs alcooliques comme breuvages ». Le « Oui » l’emporte sur l’ensemble du pays à 79 %. Par contre, le Québec décide autrement en votant à 81,5 % contre. Bien que Sir Wilfrid Laurier prenne la décision de ne pas adopter la loi sur la prohibition de l’alcool, la participation au référendum étant trop faible, il décide tout de même de laisser les provinces décider des mesures qu’elles adopteraient concernant la prohibition. Le Québec l’adopte, décidant d’en exclure le vin, la bière et le cidre.

Le gouvernement Libéral du Québec, dirigé par Louis-Alexandre Taschereau, crée en 1921 la Commission des liqueurs de Québec. En 1961 la Régie des alcools du Québec est mise sur pied, Régie qui deviendra, en 1971, la Société des alcools du Québec. La Régie avait principalement comme mission de réglementer la distribution de permis, le contrôle de ces derniers et l’avènement du commerce d’alcool sur le territoire québécois, commerce nouvellement ouvert à tous. Elle développe les succursales «libre-service» et élargit le marché de l’alcool au Québec.

La Régie est alors une société d’État en plus d’être une autorité en matière de réglementation. Cette double identité pose alors problème et donne lieu à la Commission Thinel, qui demande à la Régie de se diviser en deux. D’abord, la Société des alcools du Québec (SAQ) et ensuite, la Commission de contrôle des permis d’alcool, aujourd’hui la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec. C’est alors que le gouvernement s’engage à distinguer les missions économiques et gouvernementales de l’ancienne Régie des alcools tout en laissant intact le monopole de la SAQ sur la vente d’alcool sur le territoire.

Depuis, la question de la privatisation de la SAQ demeure un enjeu ne faisant pas l’unanimité dans la société québécoise. Certains affirment que le monopole d’une société d’État nuit au marché, ayant l’entière discrétion sur l’offre. D’autres affirment que le domaine de l’alcool devrait non seulement être géré par une société d’État, mais que la SAQ est aussi une institution évoluant sous des pressions populaires importantes, pressions assurant un contrôle assidu de la qualité des produits.

Pour ou contre la privatisation de la SAQ?

Lien externe : La Presse | Devrait-on mettre fin au monopole de la SAQ?

Écoutez les débats
des saisons précédentes

Saison 1 : Thèmes Équipes
Saison 2 : Thèmes Équipes
Saison 3 : Thèmes Équipes

 

© Barreau du Québec 2012-